Le Marais poitevin

Le Marais en bref

Nous habitons dans une belle région de France qui s'appelle le Marais Poitevin.

C'est un lieu unique qui s'étend sur près de 100 000 ha, de Niort jusqu'à l'Océan Atlantique par la Baie de l'Aiguillon.

Il se situe à cheval sur 3 départements et 2 régions : les Deux-Sèvres, la Charente maritime en région Poitou-Charentes, et la Vendée en région Pays de Loire.

 

Au temps des romains, à la place du marais, il y avait la mer. Cet endroit s'appelait le golfe des Pictons. Ce qu'il en reste aujourd'hui est la baie de l'Aiguillon.

Chaque village est une île. Coulon est la plus connue, Arçais en est une aussi. 

 

Depuis l'époque gallo-romaine, les hommes ont modelé le Marais poitevin.

 

Des périodes de travaux sont entre-coupés par les guerres de cent ans et de religions.

 

Ce fut à partir de Henri IV que le marais poitevin s'est progressivement transformé avec ses digues, ses voies d'eau, ses barrages, ses écluses, ses terres cultivables.

On distingue le Marais desséché et le Marais mouillé.

 

Le Marais desséché est en fait un polder protégé par des digues qui permet les cultures parfois intensives, notamment de céréales.

 

Le Marais mouillé, inondable l'hiver, est appelé également « Venise verte » à cause les lentilles d'eau qui poussent à la surface de l'eau durant la chaleur de l'été.

 

Dans les canaux, les gondoles sont remplacées par les « plates » : des barques traditionnelles de la région propulsées par des rames appelées « pelles » ou par la « pigouille », sorte de longue perche que le maraîchin enfonce dans la vase pour faire avancer l'embarcation.

 

Le Marais poitevin est la deuxième zone marécageuse de France après la Camargue.

 

On y trouve une richesse biologique incomparable, une terre d'accueil des flux migratoires des oiseaux sub-sahariens.

 

Il reste, comme d'autres marais, un milieu fragile.

 

Il est parfois attaqué par l'Homme, et aussi par des espèces végétales et animales qui ne lui veulent pas que du bien : la jussie, plante asphyxiante, les écrevisses américaines et de Louisiane trop gloutonnes, le ragondin qui massacre les rives.

Mais peupliers, saules, frênes têtards donnent une couleur unique au Marais.

 

Entre terre, mer et ciel, des paysages, des lumières et des sites uniques accueillent chaque année des centaines de milliers de visiteurs dans un cadre préservé.

 

En 2010 le Marais poitevin décroche le titre de Destination Touristique Européenne d'Excellence.

 

En 2011, sa Venise verte du Marais mouillé est classé "Grand Site de France".

 

En mai 2014 il est le 49ème site de France à obtenir le label "Parc Naturel Régional".

 

Arçais fait partie du cercle des "petites cités de caractère".

 

Parmi les spécialités culinaires locales on trouve l'angélique (plante aromatique et médicinale), l'anguille, la cagouille ou le luma (escargot petit gris), la « mojhette piate » (haricot blanc plat), les moules de Charron, le farci poitevin,le tourteau fromager, le broyé du Poitou.

 

Broue d Arcais

Broue d'Arçais

 

Marais brume

Marais dans la brume

 

cygne noir

Cygne noir

 

Canoe a la garette

La Garette

 

Maison aux volets bleus Coulon

Maison aux volets bleus à Coulon